Retour
LA PROGRAMMATION DU SUBCONSCIENT
Tous droits réservés
©Le Dauphin blanc
La progammation ou utilisation volontaire du subconscient a été, pour moi, la première marche d'un long escalier d'évolution

Lorsqu'on commence a gravir chacune de ces marches, le sommet semble très haut

On a parfois l'impression de redescendre quelques marches pour mieux remonter ensuite

Avec une rétrospective de vingt ans, je peux affirmer, sans l'ombre d'un doute que l'utilisation volontaire du subconscient est un outil fort précieux pour permettre l'atteinte plus rapide de ses objectifs

Les textes de cette section expliquent bien cette faculté et proviennent de mon livre Pourquoi pas le bonheur ?

Toute reproduction de ces textes pour des fins commerciales est interdite car les droits d'auteur sont la propriété exclusive de ma maison d'édition Libre Expression

Procédé de la pensée (1)

(1) Notions tirées du livre Live and be Free thru Psycho-Cybernetics de Maxwell Maltz, chirurgien.

Quoique le corps et l’esprit fonctionnent en interactions continuelles, la science les étudie séparément, comme des entités indépendantes.
C’est une façon plus simple d’aborder cette étude qui nous permet, grâce à cette distinction volontaire, de connaître plus spécifiquement les sphères d’activités de notre corps et de notre esprit dans leurs possibilités respectives.

Je ne parlerai pas ici des fonctions purement physiques que tout le monde connaît assez bien, mais j’encourage quand même chaque personne à approfondir sa connaissance du fonctionnement du corps humain car «connaître son corps» est une étape fondamentale vers la «connaissance de son esprit».

Quant au processus de la pensée, l’observation et l’étude de l’esprit démontrent que ce dernier accomplit trois fonctions précises pour nous et, par conséquent, se divise en trois parties différentes:

1. L’esprit conscient
2. Le subconscient
3. Le centre créateur

1. L’esprit conscient

La partie de l’esprit qui nous est la plus familière est «l’esprit conscient».

Les principales fonctions de l’esprit conscient sont:

1) La perception d’une nouvelle information de l’environnement par l’«intérieur» de l’individu.
2) L’association d’une information avec les autres informations ou données déjà enregistrées et classées dans la mémoire du subconscient.
3) L’évaluation de cette association en fonction du meilleur intérêt de l’individu.
4) La décision et la direction à prendre (action ou inaction).

Comme vous pouvez le constater, nous dépensons nos heures d’«éveil» à travers quatre fonctions spécifiques:

PERCEPTION
ASSOCIATION
ÉVALUATION
DÉCISION

Le processus est extrêmement rapide, parfaitement exact et toujours basé sur l’information reçue.
Normalement, le processus conduit à une décision (action ou inaction) dans le meilleur intérêt de la personne sauf dans deux cas précis:

a) Le premier cas est l’échec à percevoir l’information (mauvaise vision, mauvaise audition ou toute autre cause passible de modifier la perception);

b) Le deuxième cas conduisant à une erreur serait une fausse information fournie, autant d’une source externe que d’une donnée erronée emmagasinée par le subconscient.

Une chose demeure certaine, c’est que l’esprit conscient s’alimente des données qui lui sont fournies. (Principe GIGO: garbage in — garbage out). Par exemple, si vous demandez au préposé à l’information à l’aéroport l’heure de tel vol et qu’il vous répond 21 heures, et que vous vous présentez à l’aéroport à 20h30 pour réaliser que l’avion a décollé à 20h, cela signifie que votre action était mauvaise à cause de l’information erronée que l’on vous a fournie.

Plusieurs erreurs semblables se répètent chaque jour à cause de fausses informations, ou encore à cause de l’interprétation erronée d’informations justes, par la deuxième partie de notre esprit (le subconscient).
 

2. Le subconscient

Les principales fonctions du subconscient sont:

1) Le contrôle de toutes les fonctions automatiques du corps humain telles que le battement du cœur, la respiration, les sécrétions glandulaires... etc.
2) Il emmagasine dans sa mémoire TOUT ce qui arrive à l’individu. Et cette mémoire a la capacité de développer des réactions automatiques que nous appelons «habitudes».

Un aspect important du subconscient est son «incapacité de discrimination». Il accepte les «données» telles que transmises par l’esprit conscient. Si la vue consciente est faussée de quelque façon que ce soit, alors les données enregistrées par le subconscient seront aussi faussées.

(Traduction d’un poème de Margaret E. White)

Je suis très accommodant
Je ne pose pas de questions.
J’accepte tout ce que tu me donnes.
Je ne fais que ce que l’on me dit de faire.
Je n’ai pas la prétention de changer ce que tu penses, dis ou fais; j’emmagasine tout dans un ordre parfait rapidement et efficacement, et alors je te retourne le fruit de ce que tu as semé en moi.
Quelquefois tu me nommes mémoire.
Je suis le réservoir dans lequel se brasse tout ce que ton cœur ou ton esprit a choisi d’y déposer.
Je travaille jour et nuit; je ne me repose jamais et rien ne peut m’empêcher d’être actif.
Les pensées que tu m’envoies sont catégorisées et classées et mon système de classement n’échoue jamais.
Je suis vraiment le serviteur qui exécute tes ordres sans hésitation ni critique.
Je coopère lorsque tu me dis que tu es «ceci» ou «cela» et j’agis comme tel.
Je suis conforme à l’image que tu as de toi-même.
Puisque je ne pense pas, n’argumente pas, ne juge pas, n’analyse pas, ne questionne ni ne prends aucune décision, j’accepte facilement les impressions.
Je te demande de «sélectionner» ce que tu m’envoies; mes classeurs sont confus; c’estàdire que je te demande de supprimer les choses que tu ne désires pas en retour.
Quel est mon nom? Ah! je pensais que tu le savais!
Je suis ton subconscient.

Entre le conscient et le subconscient, il y a deux lignes de direction:

Du conscient au subconscient
Du subconscient au conscient

Fonctionnement du mécanisme de communication
Figure 1 :
L’esprit conscient 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Figure 2 :
Le Subconscient 

D’une part, le conscient peut transmettre «à volonté» de l’information au subconscient. D’autre part, le subconscient nous retourne de l’information lorsque cela est nécessaire ou que nous le lui demandons expressément. D’où l’importance de la programmation.

Pourquoi est-ce important d’utiliser son subconscient ?

Tout simplement parce que sa capacité de travail et sa quantité de connaissances dépassent largement celles de votre conscient. De plus, votre subconscient est la tour de contrôle de toutes les fonctions automatiques de votre corps et il emmagasine toutes les perceptions de vos cinq sens.
En vous limitant à l’utilisation volontaire de votre conscient et à l’utilisation involontaire de votre subconscient, vous vous limitez vous-même dans les résultats désirés pour la réussite de votre vie. En utilisant cette méthode d’«utilisation volontaire» du subconscient vous programmez celui-ci à vous fournir tel ou tel résultat, ce qu’il ne demande pas mieux puisqu’il répond à vos demandes.

Si vous ne nourrissez votre subconscient que d’ingrédients confus, disparates et incohérents, votre vie ressemblera à un puzzle dont les morceaux sont toujours éparpillés à gauche et à droite sans jamais se rejoindre malgré tous vos efforts. Mais si vous lui fournissez régulièrement et avec ténacité des données solides, profondes et génératrices de succès, votre vie prendra un tout autre aspect: les morceaux du puzzle se compléteront comme par enchantement et vous comprendrez enfin comment vous diriger.

Il y a approximativement dix milliards de cellules dans la mémoire de l’esprit humain, chacune capable d’emmagasiner 100 000 différentes parcelles d’information. Chaque événement vécu, chaque vision, chaque son et chaque sensation depuis la naissance s’y trouvent. À l’âge de trente ans, une personne a accumulé en moyenne trois trillions de souvenirs (pour la plupart bloqués par l’esprit conscient).

3. Le centre créateur

Le centre créateur se situe au même niveau que le subconscient duquel nous le dissocions tout simplement pour mieux comprendre son rôle.
C’est, en réalité, une partie du subconscient qui, avant de nous retourner de l’information ou de nous proposer une solution, effectue quatre opérations très précises:

Il maintient la santé.
Il trouve des solutions créatives aux problèmes.
Il motive l’individu vers l’atteinte de ses buts.
Il contribue à développer de nouveaux moyens pour atteindre ces buts.

Cette partie du subconscient qu’est le «centre créateur» fait actuellement l’objet de recherches intensives, et des méthodes spécifiques pour l’utiliser n’ont été développées que depuis une vingtaine d’années.

Les fiches-messages sont une de ces méthodes très efficaces et c’est vraiment la toute première fois, grâce à ce livre, qu’une telle méthode est mise à la portée de tous.

Lorsqu’il n’est pas utilisé d’une manière directive, le centre créateur fonctionne automatiquement.

Il réalise les quatre opérations précitées que vous soyez ou non au courant de son existence, que vous le dirigiez ou non.

1) Le maintien de la santé est accompli en grande partie par la thérapie du rêve. Le centre créateur connaît parfaitement les pressions, les tensions et les conflits émotionnels qui vous dérangent. Il est capable de réduire l’effet de ces réactions sur votre santé mentale par l’intermédiaire du rêve dont vous pouvez vous souvenir ou pas, ce qui n’est d’ailleurs pas important.

2) Trouver des solutions créatives aux problèmes est également une fonction automatique du centre créateur. Combien de fois n’avez-vous pas eu un problème à résoudre et sur lequel vous avez travaillé des heures sans trouver une solution? Vous avez alors laissé le tout de côté pour vous occuper d’autre chose, et vous avez soudainement obtenu la solution parfaite. La plupart des gens ont très souvent vécu cette expérience: c’est une opération tout à fait normale du centre créateur.

3) Le troisième travail du centre créateur est la motivation. Lorsque vous envisagez un but clairement défini, le centre créateur exécute un travail extrêmement efficace pour vous y conduire. Ceci ne veut pas dire que vous travaillerez plus fort, mais simplement que vous travaillerez plus intelligemment et de façon plus efficace. Cela signifie aussi que vous «aimerez» le travail qui vous conduira à votre but.

4) Et, finalement, le centre créateur a comme tâche de développer de nouveaux moyens de réalisation. Il vous fournit les «moyens» par lesquels vous atteindrez votre but. C’est probablement la fonction la plus intéressante du centre créateur: son habileté à développer de nouvelles techniques, de nouvelles manières de faire les choses.

Le secret de la pensée créative

Les idées et pensées originales ne sont pas conçues au niveau conscient mais viennent du subconscient comme «venues de nulle part».

Les ressources du «centre créateur» sont infinies. Cette partie de notre subconscient est un outil merveilleux auquel on a tout intérêt de faire appel. Toutefois, il faut respecter sa façon de travailler.

Pour imager un peu mon explication, je dirais qu’il n’aime pas être dérangé, et il n’apprécie pas du tout qu’on essaie de faire les choses à sa place.

Si l’on veut qu’il accomplisse bien sa tâche de trouver des solutions créatives aux problèmes, fonction décrite précédemment, le mieux est encore de lui témoigner qu’on lui fait confiance. Comment? En le laissant trouver «seul» la solution une fois qu’on lui a exposé clairement l’objet de nos difficultés.

Imaginez votre centre créateur comme un conseiller extraordinaire qui posséderait toute la sagesse et l’expérience du monde. Vous avez la chance inouïe d’avoir accès à tout son savoir, et lui, de son côté, accepte de vous recevoir, de prendre connaissance de vos préoccupations ainsi que des gestes ou solutions que vous envisagez avec plus ou moins de certitude. Une fois que vous lui avez exposé tous les faits, que vous avez brossé un portrait clair de tous les aspects et enjeux du problème, que vous avez fait le bilan des tentatives de solutions qui ont échoué, puis des tentatives que vous envisagez actuellement, votre conseiller extraordinaire vous demande alors de vous retirer, de retourner à vos occupations normales sans plus penser ni à votre problème, ni à lui. Vous avez fait tout votre possible, maintenant c’est à son tour de vous aider. Votre tâche, désormais, est d’oublier tout cela et d’attendre tout simplement sa réponse qui viendra en temps et lieu. Ne trouvez-vous pas merveilleux de pouvoir compter sur un allié aussi peu exigeant ?

Si vous respectez cette exigence, à savoir mettre de côté votre préoccupation une fois que vous la lui avez confiée, il va aussitôt se mettre à travailler pour vous. La solution viendra à un moment où vous ne vous y attendrez pas du tout. Elle se présentera à votre esprit comme par enchantement. Mais ce ne sera pas un miracle! Votre centre créateur, votre conseiller personnel extraordinaire, aura tout simplement accompli sa fonction naturelle.

Par contre, si vous tentez d’interférer dans le travail du centre créateur en continuant à agir sur le problème de votre côté une fois que vous avez fait appel à lui, alors il y a de fortes chances qu’il vous laisse tomber. Qu’il n’agisse pas. Pour reprendre l’image du conseiller extraordinaire, disons qu’il pourrait croire que vous n’avez pas vraiment besoin de lui et qu’il considère inutile de vouloir vous aider.

Bien sûr, ce n’est qu’une image, mais, dans les faits, on observe que le subconscient travaille mieux à un objectif si, de son côté, le conscient lâche prise. Quand la réponse arrive, le conscient prend alors la relève pour agir. C’est là une règle fondamentale du subconscient: le laisser travailler de son côté sans que le conscient interfère dans son action. Ceci constitue en quelque sorte le secret de la pensée créative.

Après avoir fait le tour d’une situation, exploré toutes les facettes, examiné toutes les avenues possibles de solution ou avoir cerné ce qui rend insurmontable la difficulté, que votre esprit conscient ensuite lâche prise. Abandonnez-vous à une autre activité qui soit source de détente ou de distraction. Le but: que votre conscient se repose et permette à votre subconscient de travailler en paix. N’interférez pas. Ne vous forcez à rien. Oubliez et détendez-vous.

Il est certain que les personnes ayant déjà intégré dans leur vie des activités ou des exercices de détente trouveront plus facile de lâcher prise. Je ne saurais trop recommander aux autres d’adopter de telles habitudes de vie. Les exercices de relaxation les plus simples sont efficaces. Essayez d’en trouver un qui convienne à votre personnalité et à votre horaire quotidien. Lâcher prise sera alors plus facile.

Une autre façon efficace de lâcher prise est de poursuivre plusieurs objectifs en même temps afin de ne pas avoir une obsession ou une fixation sur une seule programmation. J’ai constaté, en effet, qu’en faisant plusieurs programmations à la fois et même en me fixant des objectifs qui ne me tenaient pas trop à coeur, j’aidais mon conscient à lâcher prise. J’ai également réalisé que les objectifs les plus fantaisistes et auxquels je ne m’accrochais pas émotionnellement étaient, la plupart du temps, plus rapidement atteints que les autres.

J’ai ainsi fait démentir le vieux dicton selon lequel en courant deux lièvres à la fois, on risque de les perdre tous les deux. Ce dicton n’a pas sa place avec le subconscient car celui-ci a toute la capacité pour poursuivre autant de lièvres que vous le désirez et dans toutes les sphères de votre vie.

Le fait de programmer pour l’obtention de choses qui nous tiennent moins à coeur est aussi une manière efficace de faire de la programmation une activité amusante eet relaxante. Comme on le dit souvent, c’est une façon de joindre l’utile à l’agréable.

Cette façon de procéder est aussi excellente pour celui ou celle qui débute dans ce domaine car elle lui permet d’observer comment le subconscient travaille, par quels chemins les plus inattendus il l’amène à l’atteinte de ses objectifs même si, parfois, ces objectifs sont modestes.

En effet, lorsque vous réaliserez que les résultats ne se font pas attendre en regard de quelques-unes de vos programmations, vous aurez de plus en plus confiance dans cette méthode et sans même vous en rendre compte, vous en ferez votre nouveau mode de vie.

Afin de vous illustrer mon propos, je vous livre une anecdote amusante qui en a laissé plus d’un perplexe. Alors que je vivais avec une personne un peu sceptique face à cette technique que j’utilise, celle-ci me fit part de sa réticence en me disant: «Au fond, Michèle, ne crois-tu pas que tout ce qui t’arrive à la suite de tes programmations, te serait arrivé de toutes façons, dans le cours normal des choses?» Appuyé par quelques collègues dans cet allégué, me voilà en quête d’une réponse à offrir à ces sceptiques.

Je leur explique d’abord qu’après avoir débuté la pratique de cette technique, tant de choses me sont arrivées et ce, en peu de temps, qu’il me paraissait tout à fait impossible que toutes ces choses auraient pu se produire «de toutes façons» sans l’aide dela programmation. Au moins, j’étais persuadée que la programmation en avait sûrement accélérer le processus.

Mais, piquée par leur doute et leur scepticisme, je tente une expérience avec eux. Je leur dis que je vais faire, à la minute même et devant eux, une programmation en me fixant un objectif qui serait un événement absolument pas susceptible de se produire dans le cours normal demapetite vie de tous les jours. L’idée me vient alors, en pensant à mon nom qui est le même que celui d’une célèbre comédienne française, de programmer que je vais «jouer dans un film» et c’est ce que je me fixai comme objectif sans plus de précisions sur quel serait ce film, ni quand il serait tourné. Ils ont bien ri de moi à cette idée et chaque fois qu’ils en avaient l’occasion, ils me demandaient, avec une pointe d’ironie, comment je trouvais Hollywood, ou encore si ma dernière rencontre avec Alain Delon m’avait plu.

Leur sarcasme ne m’a pas découragée. Et puis, un jour, pas très longtemps après avoir écrit cette programmation (environ trois mois si je me souviens bien), le miracle s’est produit. En effet, mon professeur de piano, le célèbre Paul Loyonnet, aujourd’hui décédé, me reçoit chez lui pour ma leçon hebdomadaire et me demande si j’accepterais de jouer dans un film qui était en train d’être fait sur sa vie. Je demande à monsieur Loyonnet pourquoi il m’a choisie puisque je ne suis pas très avancée en piano en comparaison de certains autres élèves. Il me répond tout simplement qu’il éprouve une sympathie réelle pour moi et que ça lui ferait plaisir que j’apparaisse dans ce film. J’accepte donc... pensant évidemment que cela était sûrement une réponse à ma programmation.

Un bon samedi, je me retrouve donc sous les projecteurs qui filment mon arrivée chez monsieur Loyonnet pour mon cours de piano. Ensuite, je me retrouve à l’intérieur de son salon, au piano, et exécute, sous ses conseils, quelques mesures d’une sonate de Beethoven. J’ai aussi tourné quelques scènes, en studio, pour d’autres prises de vue. Ce film, tourné par l’Office national du film, a été projeté, m’a-t-on dit, dans tous les pays francophones tels que la Suisse, la France, la Belgique et même certains pays africains. Une expérience inoubliable d’autant plus que me voilà immortalisée avec monsieur Loyonnet qui est une personne chère à mon coeur et qui m’a tellement apporté autant sur le plan humain qu’artistique.

Vous me direz sans doute, et c’est aussi ce que mes copains m’ont dit, que ce n’était pas un grand rôle mais, au fait, était-ce un grand rôle que j’avais programmé ou tout simplement de jouer dans un film? Vous comprenez, dès lors, l’utilité de bien préciser sa programmation !

Le potentiel humain pour des idées créatrices

Le potentiel de l’esprit humain pour créer de nouvelles idées est illimité.

Chaque «subconscient» est un entrepôt où sont emmagasinés des milliers et des milliers de faits, et ces faits peuvent être réunis dans une infinie variété de combinaisons qui engendrent un nombre infini d’idées.

Pour émettre une idée créatrice, le subconscient sélectionne deux ou plusieurs faits isolés, qui n’ont aucun rapport apparent, et les transmet au niveau conscient mais cette fois en relation les uns aux autres.

Le premier pas à faire dans la démarche de recherche d’une idée, est d’abord d’essayer d’imaginer à quoi ressemble cette idée, justement. Vous voulez trouver une solution à quelque chose? Laissez aller votre imagination. Dessinez ou décrivez dans votre esprit ce que pourrait être cette solution, cette chose, cet objet ou même cette personne qui incarnerait la solution.

Peu importe que l’image ainsi obtenue soit réaliste ou non, claire ou non. Vous avez déjà précisé davantage ce que vous cherchez. Assez pour ne pas passer à côté si vous le croisez. Assez pour savoir où diriger votre recherche.

Par la suite, faites cette recherche justement. Consultez, documentez-vous, allez chercher l’information et absorbez-la. Après, il reste à pratiquer la notion expliquée précédemment: relâcher tout effort, laisser travailler votre centre créateur. La réponse arrivera à un moment imprévu, comme si elle tombait du ciel.

On me demande souvent de quelles façons les réponses nous arrivent à la suite d’une programmation et combien de temps cela prend pour avoir une telle réponse.

Je vous précise d’abord qu’il n’y a aucune règle fixe qui déterminerait quand ou comment votre subconscient va décider d’agir ni au sujet de la durée que celui-ci peut prendre pour vous conduire à l’atteinte de votre objectif.

Ainsi, certaines personnes reçoivent leurs réponses directement par une inspiration qui leur vient tout à coup, au moment où elles ne pensaient aucunement à leur programmation. C’est comme si un éclair de génie venait soudain les foudroyer pour leur apporter la réponse tant recherchée.
Pour d’autres, c’est par le biais des rêves que leur viennent les réponses. Ce peut être également une émission de télévision, de radio ou une conférence. La lecture d’un livre ou même un commentaire prononcé par un collègue ou un pur étranger peuvent aussi déclencher tout un processus qui vous mettra en contact avec les étapes à franchir pour atteindre vos objectifs.

Par ailleurs, les réponses sont parfois si évidentes qu’il est impossible, même pour celui qui débute dans ce domaine, de passer à côté. Parfois, cependant, les réponses viennent plus subtilement et nous demandent une plus grande attention pour les entendre. Il est donc important de se mettre en état de capter ces réponses, de décoder ces messages que nous envoie notre subconscient. Je peux cependant vous affirmer qu’en persévérant, vous réaliserez que vos petites antennes pour capter les messages vont devenir en très peu de temps des antennes «haut de gamme».

L’utilisation de la technique que je vous propose, aidera aussi votre intuition à se développer et un jour vous serez surpris de constater combien elle est adroite à vous guider vers les réponses recherchées.

Le silence est aussi un atout majeur pour accélérer le processus de la programmation. Je m’explique: lorsque nous mettons sur papier une idée ou un objectif, il peut être utile d’en parler à quelques amis proches, mais la puissance du silence joue aussi un rôle déterminant dans tout le processus de la programmation. En effet, en parlant trop d’une idée ou d’un projet qui n’a pas encore atteint l’étape de la réalisation, on dilapide les énergies nécessaires à la concrétisation de cette idée ou de ce projet. De plus, il arrive fréquemment que les gens à qui l’on confie nos objectifs, nous sabotent sans même s’en rendre compte soit par leur doute ou leur scepticisme, ou tout simplement par envie ou convoitise.

Inversement, en gardant le silence, en pratiquant la détente ou la méditation, on permet à notre idée d’aller rejoindre tout le bagage de connaissances avec lequel notre subconscient est en contact pour, ensuite, gagner en force et en puissance. Cette idée ne tardera pas à germer et à nous revenir plus précise et prête à être réalisée.

Dans votre recherche pour l’originalité et la créativité, souvenez-vous que cela ne requiert aucun génie spécial mais seulement une autodiscipline pour que l’esprit inconscient fasse démarrer son processus créatif.

Il subsiste encore plusieurs inconnus concernant le fonctionnement de l’esprit humain. Ces dernières années les chercheurs ont accompli un pas de géant en ce domaine et ce qui, autrefois, n’était connu ou pressenti que d’une très petite minorité est maintenant mis à la portée de tous. Comme toute grande découverte scientifique, cette connaissance de l’esprit humain vise le mieuxêtre individuel et collectif ainsi que le développement maximal de nos ressources.

Savoir utiliser la science d’une façon concrète dans sa vie personnelle c’est sûrement s’enrichir soi-même ainsi que toute la société et c’est permettre à chaque individu de participer activement et pleinement à l’évolution de l’humanité.

Remarques supplémentaires sur la programmation : afin de mieux comprendre l'utilité de la programmation, je vous suggère de lire la section questions et réponses à la rubrique extraits de mon premier livre «Pourquoi pas le bonheur ?»

Il n’y a pas de limite à la programmation. Quel que soit le sujet des données fournies à votre subconscient, il y travaillera pour vous procurer la meilleure réponse en vue de votre bien-être.

Je vous suggère d’écrire vos programmations sur de petites fiches afin de les garder, au moins pendant vingt et un jours, à portée de la main.

Calendrier écrit pour s’assurer de programmer pendant vingt et un jours :

La plupart des gens commencent à programmer avec l’intention de poursuivre pendant vingt et un jours mais plusieurs laissent au bout d’une ou deux semaines, ou «sautent» une journée par-ci, par-là.

Ceci est dû à la distraction, à la négligence ou encore au manque de ténacité.

Afin de vous aider j’ai imaginé de faire pour chaque programmation un calendrier de vingt et un jours où vous inscrirez vos propres dates.

Dans l’exemple ci-dessus, j’ai commencé ma programmation le 4 mai et j’ai cinq jours de faits.

Je vous donne ce modèle que vous pourrez facilement reproduire de la façon et au format que vous désirez.

Écrivez lisiblement (de préférence avec un crayon noir) et adoptez un style clair et précis, toujours au temps présent comme si tout était déjà rentré dans l’ordre que vous souhaitez. Par exemple, ne dites pas: «Avec l’aide de mon subconscient j’arrêterai de fumer dans quelque temps» ou encore «je ne boirai plus». Dites plutôt: «Je suis libéré de la cigarette», «J’ai cessé de boire», «Je suis compétent et efficace»... etc.

N’oubliez pas: si le présent est le résultat du passé, le futur sera le reflet de votre présent.

Faites vivre dès aujourd’hui vos désirs et vos aspirations en les programmant comme «arrivés» et, inévitablement, votre imagination se transformera en réalisations concrètes et tangibles.

L’idéal est de lire à haute voix sa programmation, au moins une fois par jour, ou encore une fois le matin et une fois le soir. Lorsque la journée est terminée, vous inscrivez un X sur votre calendrier.
 

Mon livre «Pourquoi pas le bonheur ?» fournit de nombreux exemples de programmation. Qu'il s'agisse d'un objectif matériel, psychologique ou spirituel, la même technique s'applique. J'explique dans ce livre comment, par cette technique, j'ai réussi à perdre du poids et à maintenir sans problème un poids idéal. À la même époque j'ai cessé de fumer sans difficulté avec l'aide de la programmation du subconscient. Beaucoup d'autres exemples de programmations sont contenus dans ce livre afin de vous aider à rédiger les vôtres.

Dans mon deuxième livre «Les Clés du Bonheur» écrit quatre ans après le premier, je relate différents exemples de programmations vécues par de nombreux lecteurs de mon premier livre qui m'ont écrit pour me faire part de leurs succès. Plusieurs personnes ont utilisé cette technique avec leurs enfants, par exemple, pour aider ceux-ci à l'école ou à la maison. En lisant ces témoignages de succès, je n'ai pu que me réjouir d'avoir publié pour partager ma merveilleuse découverte.

Plusieurs années après la publication de mon premier livre, je ne cesse de rencontrer de nouveaux adeptes de ma technique pourtant si simple. Je ne peux que vous souhaiter d'y adhérer aussi et d'atteindre une belle sérénité.
 
 

Haut